Le Premier Ministre PHILEMON YANG inaugure les Centres de Formation Professionnelle d’Excellence

Imprimer

DSC 0541 Les 15, 16 et 17 décembre 2016 resteront des jours à marquer d’une pierre blanche pour Sangmélima, Douala et Limbé. Ces villes se sont parées de leurs plus beaux atours pour l’inauguration en grande pompe de leurs flamboyants Centres de Formation Professionnelle d’Excellence, par le premier Ministre Chef du Gouvernement, Philémon Yang, qu’entouraient à chaque étape une bonne brochette de membres du Gouvernement.

C’est sous le très haut patronage du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul Biya qu’ ont eu lieu, les cérémonies d’inauguration des Centres de Formation Professionnelle d’Excellence de Sangmélima, Douala et Limbé par le premier Ministre Philémon Yang, les 15, 16 et 17 décembre 2016. Sangmélima « la belle », Douala le « poumon économique » et Limbé la « cité de l’amitié » n’ont jamais aussi bien porté leur nom. Ces villes se sont en effet parées de leurs plus beaux atours pour accueillir dans la joie et l’allégresse leur Centre de Formation Professionnelle d’Excellence respectif. Les articulations du protocole étaient bien huilées à chaque étape. De Sangmélima à Limbé en passant par Douala, sons et couleurs étaient au rendez-vous. A côté du balai des autorités administratives, politiques, religieuses et traditionnelles conviées pour l’occasion, groupes de danses, militants de partis politiques, hommes et femmes de médias, élèves et futurs apprenants des Centres se sont massivement mobilisés pour l’inauguration de ces joyaux architecturaux. Le retentissement des hymnes nationaux de la République de Corée et de la République du Cameroun donnaient encore plus de solennité à ces inaugurations.

La phase des allocutions démarrait par les mots de bienvenue des Maires des Communes qui abritent les CFPE. La parole revenait ensuite à M. Ngathé Kom Philippe, Coordonnateur de la Cellu� � �� �� � t qu� @ � it à la présentation technique des CFPE. On retient de ses propos à Sangmélima et Douala et de ceux de Mme Ngu - Conseiller Technique N°1 au MINEFOP- à Limbé, que le projet de construction des CFPE est un juteux fruit de la coopération entre le Cameroun et la République de Corée. Une convention de prêt de 17 milliards FCFA avait été signée le 26 novembre 2009 pour la mise en place de trois Centres de Formation Professionnelle d’Excellence (CFPE) au Cameroun. Cette convention était l’aboutissement des conclusions des études de faisabilité menées en 2008 et qui avaient fixé le coût global du projet à 24 milliards FCFA dont 07 milliards à supporter par le Cameroun.DSC 0551

Les objectifs du projet étaient de: partager l’expérience coréenne en matière de formation professionnelle, de développer les compétences des personnes en charge de la formation professionnelle au Cameroun, d’améliorer la qualité du système camerounais de formation professionnelle, et enfin d’améliorer la compétitivité des entreprises camerounaises.

Le projet comportait plusieurs volets à savoir : la construction de trois CFPE dont l’un à Douala et les autres à Limbe et Sangmélima, la dotation de ces trois CFPE en matériels didactiques et équipements, la formation des personnels administratifs et des formateurs des trois CFPE en République de Corée, le développement, en anglais et en français, des programmes de formation selon l’approche par compétences pour les quatorze métiers devant faire l’objet de l’offre de formation dans les trois structures, l’élaboration et l’édition des manuels didactiques pour les quatorze métiers en français et en anglais. Les travaux qui ont démarré effectivement le 14 février 2013 ont été réceptionnés entre le 29 mars et le 02 avril 2016 donnant cours à la période de garantie de deux (02) ans.

Par la suite, des mesures administratives provisoires du Maître d’Ouvrage ont permis de mettre en place une équipe dirigeante dans chaque Centre et de lancer la phase dite « des galops d’essais » en juillet 2016, préparatoire au lancement des formations initiales. Cette période de transition appelle une diversité d’activités qui portent autant sur l’opérationnalisation des Centres que sur la gestion contractuelle de la période de garantie et la réalisation des travaux complémentaires.

DSC 0010 Dans ses propos à Sangmélima et Douala, madame le Chargé d’Affaires de la République de Corée au Cameroun a dit sa joie de voir son pays participer ainsi au développement de la formation professionnelle du Cameroun qui avait dans les années 80 le même niveau de développement que la Corée. Elle s’est dite confiante en ce que ces CFPE vont aider les jeunes et les travailleurs camerounais à contribuer à l’atteinte de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. Ce message a été réitéré par M. l’ambassadeur de Corée S. E Lim Jae-Hoon qui était présent à l’inauguration du CFPE de Limbé.

Dans ses allocutions de Sangmélima et Douala, Monsieur le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a souligné, « l’importance de l’accompagnement soutenu de ce pays ami et frère dans la mise en œuvre de la stratégie de développement du capital humain, dans l’optique de permettre à notre pays d’atteindre son émergence à l’horizon 2035 ». Il a rappelé les prescriptions du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), à travers lequel le « Gouvernement s’est engagé à augmenter fortement l’offre de formation professionnelle de qualité, en la centrant sur le métier et de manière à permettre une régulation efficace des flux des sortants des cycles d’enseignements primaire, secondaire et supérieur ».

DSC 0021 Il s’agit par cet engagement, de mettre à la disposition de la jeunesse et des travailleurs, des structures de formation de qualité, permettant d’acquérir des compétences et des qualifications répondant aux standards internationaux en adéquation avec les besoins du monde du travail. Il a relevé à cet effet, que depuis 2007, d’importantes réformes structurelles du dispositif de formation professionnelle au Cameroun ont été entreprises. Elles visent entre autres d’après M. Zacharie Perevet: l’amélioration qualitative et quantitative de l’offre de formation, l’amélioration de la gouvernance, le développement des programmes selon l’Approche par Compétences, la mise en place d’un Cadre National de Certification et de Qualification, la restauration de la confiance des usagers et des partenaires du système de formation professionnelle, la déconcentration des lieux de décisions. Il s’est félicité de ce que ces réformes ont permis d’atteindre des résultats dont les impacts sont visibles dans notre économie. Parmi ces résultats obtenus et sans être exhaustif, il a cité :

  • la mise en place de trois Centre de Formation Professionnelle d’Excellence à Douala, Limbé et Sangmélima avec l’appui de la République de Corée ;
  • la construction en cours d’un Institut National de Formation des Formateurs et de Développement des Programmes à Yaoundé, fruit d’un don de 3,2 milliards de Francs CFA de l’Agence Coréenne de Coopération Internationale (KOICA) ;
  • le projet de mise en place d’ici à 2020 de quatre Centres de Formation aux Métiers (CFM) dont le premier à Bandjoun, suivi de Maroua, Ndop et Ebebda, sur financement C2D à hauteur de 6,5 milliards de Francs CFA ;
  • le projet de mise en place d’ici à 2020 de deux Centres de Formation Professionnelle Sectoriels (CFPS) dont l’un à Douala en Agro-industrie et l’autre à Edéa en Maintenance industrielle et Transport/Logistique, sur financement C2D à hauteur de 9,8 milliards de Francs CFA ;
  • la construction et l’équipement à Nkongsamba du Centre de Formation Professionnelle dans les métiers de l’industrie (CFPMI) sur prêt de la Banque Autrichienne RAFFEISSEN d’un montant de 3,27 milliards de Francs CFA ;
  • la mise en place depuis 2010 de deux Centres d’Orientation Scolaire, Universitaire et Professionnel (COSUP) dont l’un à Yaoundé et l’autre à Douala, avec l’appui de la République du Canton de Genève et le Bureau International du Travail ;
  • le développement de plusieurs programmes de Formation selon l’Approche par Compétences ;
  • la mise en œuvre du processus de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ;
  • l’élaboration en cours d’une Loi Cadre de la Formation Professionnelle au Cameroun ;
  • le renforcement des capacités des structures de formation professionnelle et l’amélioration de la réponse à la demande toujours croissante de formations professionnelles.

DSC 0572 Dans cette mouvance, monsieur Zacharie Perevet a invité les milieux socioprofessionnels et les collectivités territoriales décentralisées à accompagner l’Etat dans ses efforts. C’est pourquoi a-t-il dit, le Gouvernement, à travers le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a conclu de nombreuses conventions avec plusieurs partenaires. Il a cité, entre autres les conventions avec le Groupement Inter patronal du Cameroun (GICAM), la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et de l’Artisanat (CCIMA), le Syndicat des Professionnels de l’Industrie de l’Hôtellerie et du Tourisme, la Mission de Promotion des Matériaux Locaux (MIPROMALO), l’Institut Agricole d’Obala (IAO), le LABOGENIE, Sud Cameroun Hévéa, IAI-Cameroun, l’Ecole Pratique d’Agriculture de Binguela (EPAB), pour ne citer que celles-là.

Toutes ces réformes ont bénéficié de l’appui multiforme de plusieurs partenaires techniques et financiers parmi lesquels la République de Corée, la France, le Canada, l’Autriche, la Suisse, l’Organisation Internationale de la Francophonie, l’UNESCO, le BIT, la BAD. Les trois (03) CFPE déjà à la disposition du public vont pouvoir organiser en leurs seins des formations initiales et continues. Ils seront ouverts aux Entreprises comme Centres de ressources et les différents plateaux techniques serviront à l’organisation des sessions de Validation des Acquis de l’Expérience. Ces spécialités repartis dans les trois centres sont : l’électricité, la réparation des appareils électroniques, la mécanique automobile, la mécanique générale, la menuiserie, la soudure, la plomberie, la bureautique, l’esthétique cosmétique, le stylisme-modélisme, les multimédia, le froid et climatisation, l’hôtellerie et tourisme.

DSC 0592 L’accès aux CFPE se fera essentiellement par voie de concours, de tests psychotechniques et d’entretien, suivant le cas. Le concours sera ouvert aux travailleurs et aux femmes ayant au moins le niveau de 4e, 3e, 1ere et Terminale de l’Enseignement Général ou de 3e ou 4e année, 1ère et Terminale de l’Enseignement Technique. Les diplômés de l’Enseignement Supérieur sont également attendus pour l’acquisition des qualifications professionnelles dans les métiers prévus dans ces Centres. Dans son allocution à Limbé, le premier Ministre Philémon Yang s’est livré au même exercice tout en magnifiant l’action du chef de l’Etat pour ces joyaux architecturaux offert à la jeunesse et aux travailleurs, avant de déclarer chacun des CFPE inauguré. C’est par une visite guidée des différents ateliers, que suivait un cocktail que s’achevaient ces inaugurations. Le défi étant à présent celui de l’entretien et de la maintenance de ces pépites ultramodernes et innovantes.

Urbain Claude NLATE

Vous êtes ici : Home